21.01.2021: Deux semaines dans ma bulle sud-africaine

«Etre dans sa bulle»: voilà une phrase bien spécifique au sportif d’élite! S’il veut pouvoir «performer», l’athlète doit se placer dans sa «bulle». Impénétrable, imperméable! En temps de Covid, cette dimension de «bulle» prend tout son sens. Tout un système se met en place afin que les sportifs, en groupe, puissent se protéger, tout en ayant accès aux meilleures conditions d’entraînement. Car, oui, sans vouloir chercher à me justifier, nous avons besoin, nous autres athlètes, de chaleur et de soleil afin de gravir une marche supplémentaire dans notre préparation hivernale. La seule option pour cela? Prendre l’avion!

Voilà donc les raisons pour lesquelles je me suis retrouvée en Afrique du Sud pendant deux semaines en ce mois de janvier. Sans grande crainte d’attraper le virus, car toutes les mesures avaient été prises pour éviter tout risque. Ainsi, avant le départ, nous avons tous dû présenter un test PCR négatif. Une fois sur place, la Fédération néerlandaise, avec laquelle j’ai voyagé, avait privatisé un hôtel afin d’éviter tout contact avec le monde extérieur. Seuls quelques employés étaient présents sur place, mais tous portaient le masque et sont restés à bonne distance de nous. Les chambres, elles, étaient nettoyées en notre absence et ceci seulement deux fois dans la semaine.

Dans la foulée, nous avons été soumis régulièrement à des tests rapides, afin de s’assurer que personne n’ait contracté le virus. Durant ces quinze jours, nos déplacements se sont limités aux allers-retours entre le stade et l’hôtel. Tout le reste était interdit! Nos repas et autres achats alimentaires nous étaient livrés. Les masseurs venus de l’extérieur avaient l’obligation de passer un test rapide avant de pouvoir «entreprendre» les athlètes. Interdiction d’aller en ville pour un café ou un repas! Vous pouvez le constater: une bulle extrêmement hermétique a été mise en place autour de nous, ceci pour le bien et la sécurité de tout le monde. Juste avant notre retour, nous avons à nouveau toutes et tous effectué un test PCR puis encore un test rapide avant de monter dans l’avion.

Vous l’aurez compris: tout a été entrepris pour garantir notre sécurité et un retour en Europe en bonne santé. Je pense même que j’étais plus en «sécurité» à l’autre bout du continent africain, dans cette bulle de deux semaines, qu’ici en Suisse, à la maison, où mon métier m’oblige à me déplacer et à travailler avec d’autres personnes… Prenez soin de vous!

 

14.01.2021: Bonne année 2021

Je n’ose même pas regarder de quand date ma dernière news sur mon site internet. Mais promis : 2021 sera l’année des nouvelles.

Pas besoin de revenir sur cette année 2020 tant chamboulée. Je me suis attardée sur les choses positives de cette pandémie afin d’en ressortir grandie. C’est comme après une défaite, il faut analyser et rebondir. J’ai donc décidé de faire cela. 2020 aura été pour moi une opportunité dans mon emploi du temps chargé pour passer plus de temps dans ma maison avec mon compagnon. De profiter du jardin et de la tranquillité de mon chez-moi. (Nous avons même créé un potager) Cela aura été l’occasion de travailler seule et ainsi connaître encore mieux mon corps et mes émotions.

Place à 2021 maintenant !! La préparation s’est très bien déroulée pour le moment. J’ai passé le plus clair de mon temps en Hollande avec mon groupe d’entraînement. J’ai trouvé un ou deux petits airbnb très charmants dans lesquels je me sens vraiment bien. Au fil des semaines, nous réalisons plusieurs tests pour voir nos progrès. Les résultats sont prometteurs. Mon amour pour l’endurance reste introuvable et j’ai donc obtenu un joker pour les tests de VO2max. Mais je sens que je progresse aussi dans ce domaine.

Malheureusement, j’ai eu un petit stop au 31 décembre avec un résultat positif au COVID. Par chance, je n’ai pas eu beaucoup de symptômes et j’ai pu maintenir un semblant d’activité. Je ne pense pas avoir trop perdu de ma forme.

Finalement, avec un peu de retard, je me suis envolée le 9 janvier en Afrique du Sud pour préparer au mieux cette saison olympique. Deux semaines intensives avant de commencer la saison en salle.

Je suis ravie d’être ici et profite un maximum de la chance qui m’est offerte. Chaque chose que j’entreprends est pour la dernière fois car je vais raccrocher les pointes en septembre. Mais cela donne un goût bien plus spécial à tout. Évidemment je ne pense pas à chaque entrainement que cela sera le dernier mais parfois cela me donne une petite motivation supplémentaire. Je n’ai plus rien à perdre et suis donc en mode « all in » Je veux profiter et utiliser cette dernière année comme un avantage, comme quelque chose que j’ai en plus sur mes adversaires ! Avoir cette légèreté et cette insouciance

 

design by atelier32