08.07.2018 Une semaine riche en emotions…

La saison a mal commencé pour moi. Des performances très mauvaises ou alors en demi teintes. Du coup, la confiance n’était pas là. C’était un scenario dont je n’étais pas habituée car normalement je commence directement avec un gros chrono pour me mettre dans les meilleures dispositions. J’ai donc du garder la tête haute, croire en mes capacités et continuer à travailler. Après 2 semaines d’entraînements à nouveau sans compétition je savais que j’attaquerais le prochain bloc avec une meilleure forme. La Chaux-de-Fonds ainsi que Athetissima devrait se terminer sur une note positive.

La Chaux-de-Fonds

Dans la campagne neuchâteloise, j’avais un niveau de stress assez élevé. Mon objectif était de m’approcher le plus possible des 51’’09 de l’année dernière. Avant le départ, j’ai encore discuté avec mon coach car j’étais perdue. Je ne trouvais pas les sensations pour faire le bon rythme. Car le plat n’est pas pareil que les haies. La répartition est différente. J’étais perdue. Il m’a dit : « réfléchis pas et cours. Pars vite… »

Le « pars vite » m’exaspère car ça fait peur. Partir trop vite peut faire très très…TRES mal !! Donc généralement je ne pars jamais assez vite selon coach J

Au final, j’ai pris le départ en essayant d’accélérer, ou remettre un coup, à chaque 100m. Et  les derniers 100m se sont bien passé, mieux que prévu. J’avais encore bien du jus. Et la…s’affiche 50’’52 !! Recors suisse et meilleure performance européenne !! Soulagement…

Athletissima

Le sentiment après athletissima est plus mitigé. En ayant couru 50 secondes sur le plat, je peux rêver d’un temps en 53 secondes sur les haies. Mais je manque de confiance sur la discipline et  je pense que cela s’est ressenti lors de la course. Un peu passif et timide sur les premiers 200m ce qui font ressentir sur le second virage. Ma fin de course est bonne. Bien meilleure que jusqu’à maintenant. Au final un temps en 54 toujours bon à prendre…54’’79. Meilleure performance européenne de la saison à nouveau. Je garde cela J

Les compétitions vont s’enchainer encore avec Lucerne, les championnats suisses puis Bellinzona. Ensuite, place au travail pour 2 semaines avant de voler pour Berlin !!!!

 

28.04.2018: Un titre à Berlin et de gros chronos

Forte d’une victoire dans le World Indoor Tour 2018 sur 400m et endurcie par la disqualification en demi-finale des Championnats du Monde en salle, je me suis rapidement tournée vers la préparation pour la saison d’été.  Forte de deux nouveaux records suisses (200m et 400m indoor) et de progrès réalisés dans tous les domaines, j’aborde avec sérénité et envie la saison outdoor qui sera marquée par les Championnats d’Europe à Berlin. Ma saison sera complétement articulée autour de cet objectif.

Camp d’entraînement en Turquie

Si ma saison va débuter dans 15 jours à Langenthal par un 300m haies,  j’ai encore un camp d’entraînement de 10 jours à Belek (TUR) qui m’attend pour peaufiner les derniers détails avant d’aborder les premières compétitions importantes. Je vais alterner des courses en Diamond League avec des courses dans des meetings suisses auxquels je tiens particulièrement. Ceci me permettra tantôt de me concentrer sur moi, tantôt de me frotter à la meilleure concurrence internationale.

3 blocs de compétitions

Ma saison est structurée en 3 blocs de compétitions séparés par deux à trois semaines de travail à l’entraînement. Je prévois de m’aligner principalement sur 400m haies mais avec également quelques 400m plat et éventuellement un 200m au programme. Cette variation me permet d’éviter la routine et développer différentes qualités.

Berlin pour un premier titre

Mon grand objectif de la saison reste les Championnats d’Europe à Berlin. Après  la médaille de bronze gagnée lors de ma 2ème saison sur 400m haies en 2016 à Amsterdam, je vise l’or dans la capitale allemande ! Mes principales contradictrices seront principalement les expérimentées Hejnova (CZE), Petersen (DEN) et Doyle (GBR) ainsi que les jeunes Iuel (NOR)et Folorunso (ITA).

Zürich, finale mondiale 2018

Après avoir disputé 4 meetings de Diamond League, je serai présente pour la finale sur 400m haies au Weltklasse Zürich. Ce sera pour moi la finale mondiale de la saison et une bonne occasion de me situer par rapport aux Américaines et aux Jamaicaines tout comme ce sera le cas à Athletissima dans mon stade le 5 juillet.

Des chronos en tête

Je me suis également fixé des objectifs chronométriques. Ceux-ci sont moins importants que la quête d’une médaille européenne, mais j’aimerais tout de même améliorer mon record suisse du 400m et m’approprier celui du 400m haies toujours détenu par Anita Protti (54.25 contre 54.29). Pourquoi ne pas courir moins de 51.0 sur 400 et moins de 54.0 sur les haies… ;-)

Programme des compétitions :

10.05.2018         Langenthal                             300m haies

31.05.2018         DL Rome                                400m haies

07.06.2018         DL Oslo                                   400m haies

09.06.2018         Genève                                   400m haies ou 400m

16.06.2018         Bern                                        4x400m

01.07.2018         Chaux-de-Fonds                    400m ou 400m haies

05.07.2018         DL Lausanne                           400m haies

09.07.2018         Luzern                                     400m haies

13-14.07.18       CS Zofingen                             400m ou 200m

18.07.2018         Bellinzona                              400m

02.08.2018         Langenthal                            300m haies (tbc)

08-10.08.18         CE Berlin                               400m haies

18.08.2018         DL Birmingham                     400m haies (tbc)

30.08.2018         DL Weltklasse                        400m haies

 

25.03.2018: Quoi de neuf sous le soleil Africain

Il est peut être temps que je vous redonne un peu de mes news. Je n’ai pas été très assidue depuis peu mais la saison indoor a été plus que chargée et émotionnelle. Je n’ai pas eu le temps de réaliser ce qui m’arrivait.

Refaisons un petit résumé :

3 courses dans le World Tour et 3 victoires

Victoire au général du World Tour

Championne suisse sur 200m

Record Suisse du 400m et 200m

J’arrive aux championnats du Monde indoor en étant invaincue et dans la forme de ma vie. Prête physiquement et mentalement et prête à me battre avec les meilleures pour la médaille.

Je passe les séries, termine 2ème de ma demi-finale qui me qualifie directement pour la finale….l’espace de 15 minutes avant que les juges me disqualifient pour avoir « marché » sur la ligne en sortie de premier virage. Je ne comprends pas sur le moment et n’y croit pas. En rien je dérange les adversaires ou ne gagne du temps avec cette erreur. J’accepte le fait qu’il y ait des règles mais je n’accepte pas le faite que l’on analyse chaque pas à la loupe en slow motion. Depuis quand ne laisse-t-on plus place à l’erreur humaine ?

Bref je suis frustrée, fâchée et ai énormément de rage en moi. Encore et toujours ! J’essaie de mettre cette haine sur la piste. Et de passer à autre chose.

Je suis actuellement en camp d’entraînement pour préparer la saison d’été avec en ligne de mire Berlin. Je sais que ce camp va être difficile car on repart sur des aspects qui me déplaisent, à savoir l’endurance. Je dois à chaque fois me faire violence et continuer à croire en moi. Mais avec les derniers évènements, c’est encore plus fort. Je dois y croire 5x plus, et me sortir de la tête l’idée que je ne fais pas ça pour rien, mais que la roue va tourner et elle tournera à Berlin. Car j’y réserve quelque chose de GRAND !!

 

09.01.2018: Communiqué de presse

Une saison en salle avec Birmingham en point de mire

Voilà 3 mois que l’entraînement d’hiver bat son plein après une saison 2017 qui m’a vue franchir un nouveau palier à l’échelon international. La magnifique 5ème place des Championnats du Monde à Londres, mais aussi la 2ème place à Athletissima, le record suisse du 400m ou encore la participation à la finale de Diamond League ont été des moments fantastiques. Ces résultats ont engendré une augmentation sensible des sollicitations extra-sportives et la période octobre-novembre a été bien remplie pour moi. Néanmoins, je me suis entraîné durement et j’ai pu remarquer encore des progrès par rapport à l’année passée.

7 semaines de camp d’entraînement en Afrique du Sud

Après avoir effectué une base d’endurance et de condition physique en Suisse, j’ai fait un premier camp de 4 semaines en Afrique du Sud. Avant de passer 4 jours intensifs à Macolin avec des tests de vitesse qui ont confirmé mes progrès. Je me trouve actuellement à nouveau à Potchefstroom cette fois pour 3 semaines afin de préparer la saison en salle.

Participation au IAAF World Indoor Tour

Cet hiver, je vais participer au Indoor World Tour sur 400m avec 4 meetings à l’étranger. J’aimerais jouer la gagne dans le cadre de ce circuit indoor avant de m’aligner toujours sur 400m aux Championnats du Monde à Birmingham pour lesquels j’ai déjà obtenu les minimas l’hiver passé.  L’objectif de ce grand championnat en salle sera d’entrer en finale et de lutter pour une médaille. Je vais me servir du World Tour pour acquérir de l’expérience tactique dans le déroulement des courses, chose très importante en salle.

Je ne disputerai donc qu’une seule compétition en Suisse le 18 février avec le 200m des Championnats suisses en salle. Venez nombreuses et nombreux à Macolin pour encourager à cette occasion tous les meilleurs athlètes suisses !

Programme des compétitions :

03.02.2018   Karlsruhe (GER)      400m

08.02.2018   Madrid (ESP)           400m

15.02.2018   Torun (POL)             400m

18.02.2018   Macolin                     200m

25.02.2018   Glasgow (SCO)          400m

02-04.03.18  Birmingham (GBR)  400m

 

17.12.2017: Premier camp achevé

Me voici dans le train qui me ramène de 4 semaines en Afrique du Sud. Un retour bien mérité et qui fera du bien aux jambes et surtout à la tête.

Car oui nous sommes des athlètes privilégiés de pouvoir partir au chaud et profiter des meilleures conditions d’entraînement. On a une chance inouïe, mais ce n’est pas toujours facile.  A travers les réseaux sociaux on transmet de belles choses, des images qui font peut-être un peu rêver, où tout à l’air simple et beau. Mais la réalité est un peu différente.  Quatre semaines de travail intensif c’est épuisant pour le corps mais également pour la tête. On se trouve pendant 1 mois avec les mêmes personnes. Il y a des hauts et des bas, chacun n’a pas envie de sourire en même temps. Chacun à ses coups de mou à des périodes différentes. Le comportement d’un ne plait peut être pas à un autre etc…

C’est aussi ça le challenge d’un camp d’entraînement. Je sais que je suis quelqu’un qui apporte trop d’importance à cette harmonie. J’aime que mon environnement soit paisible et sans tension mais sur 1 mois et surtout que avec des filles c’est quasiment impossible. C’est surement une de mes résolutions pour 2018 : Arrêter d’être une éponge et de réfléchir à ce que pensent les autres :)

Parlons entraînements.  Les deux premières semaines ont été un coup mental assez fort pour moi car nous étions encore axé sur l’endurance.  Et je dois avouer qu’on est pas vraiment ami les deux. Additionné à cela, je faisais toutes ces séances avec Aauri (ESP) et Line (NOR) qui sont des bêtes sur ce genre de séances. Donc à chaque fois c’était une baffe en plein visage. Je ravalais ma fierté à chaque séance et attendait la suivante pour rebondir, mais ce n’était pas mieux :) Additionné à cela le fait qu’il me faut toujours 2-3 séances d’adaptation sur les haies pour pouvoir retrouver mon rythme.

Mais bon, les deux semaines suivantes se sont plutôt bien déroulées. Nous sommes passés à des séances lactiques et là je vois les progrès. Je récupère mieux et peux faire les entraînements un chouillat plus vite. Je suis contente. Les haies se passent aussi beaucoup mieux. Je passe mon 14 pas en ligne droite facilement. Niveau vitesse il me semble bien avoir fait un record sur 60m. La force est peut-être l’aspect avec le moins de progrès. Je ne veux pas gagner en force, je dois simplement la maintenir.

Voilà donc un camp plutôt positif. Je rentre maintenant 3 semaines en suisse me reposer un peu, me ressourcer, passer des belles fêtes pour ensuite me préparer au mieux pour la saison en salle.

Je vous souhaite à tous de merveilleuses fêtes de fin d’année et un JOYEUX NOEL !!

 

 

26.11.2017: Une semaine à Potch

Et si je vous emmenai sur une semaine complète en Afrique du Sud. Cette semaine par exemple qui vient à peine de se terminer, ou celle qui s’annonce. Que ce soit celle ci ou la prochaine c’est un peu égal, elles se ressemblent toutes !

Ici tout est réglé comme du papier à musique. Les heures des repas sont identiques depuis mes premières années ici.

8h00 : petit déjeuner

13h00 : diner

19h30 : souper

Comme à mon habitude, je préfère le petit déjeuner. C’est d’ailleurs aussi ce dernier qui a le plus évolué depuis notre venue. JJ et Suzann sont bien au taquet depuis quelques années sur la nutrition et ils nous observent et servent ce qu’il y a de mieux. Le matin c’est donc œufs au plat et porridge. Le porridge est bien meilleur ici car je peux y mettre des fruits de la passion. Fruit beaucoup trop cher en suisse. Je le réserve donc uniquement pour mes stages. Et en suisse j’ai mes pommes Jazz donc je n’ai pas besoin de fruit de la passion. :)

Voilà donc à quoi ressemble la semaine.

Lundi deux entraînements s’enchainent. Premier départ à 9h45 puis 16h. Généralement endurance puis force. Une observation avec les années, la musculation se fera l’après midi car les orages sont rarement en matinée.  Mardi on enchaine le matin avec un entraînement technique. Cela sera souvent des haies pour moi. L’après midi c’est repos. On applique un schéma de 3 entraînements puis 1 session de pause. Donc quand c’est pause c’est aussi massage. La physio sud africaine vient dans notre Guest House pour nous traiter. Elle est géniale. Très douée et depuis les années elle nous connaît bien et sait comment chacun fonctionne. C’est vraiment chouette. C’est la physio privée de Caster Semenya ce qui signifie qu’ensuite on la recroise sur les compétitions parfois.

Mercredi on repart pour deux entraînements, 9h45 et 16h00. Jeudi matin retour au stade pour ensuite un repos l’après midi. C’est simple non ?! J Vendredi on repart pour une journée pleine et on termine la semaine samedi matin avec une séance de montées. Ensuite on a congé jusqu’à lundi.

Le samedi soir est généralement réservé à une sortie. On part manger en ville. Au beefboys. On n’aurait pas besoin de sortir manger ailleurs vu la qualité de la nourriture et de la viande qui nous est servies tous les soirs mais c’est un peu une tradition. On laisse un peu d’air à nos hôtes, on sort aussi pour casser une certaine routine. Parfois on reste un peu plus longtemps boire un verre et danser un peu. Même si avec l’âge j’avoue que je le fais de moins en moins. J

Et le dimanche on larve au bord de la piscine. Certains bronzent, certains révisent, certains lisent. Mais tous se reposent !

On est vraiment très bien à Potchefstroom. Je m’y sens comme à la maison. Rien ne change, je n’ai pas besoin d’adaptation à chaque fois que je m’y rends et ça n’a pas de prix.

Donc voilà. Une semaine terminée, plus que 3. Et je me réjouis de les achever car même si c’est le paradis ici, la maison me manque. Et avec l’âge ça ne s’améliore pas :)

 

30.10.2017  1 mois est déjà derrière moi

Et oui le temps passe vite. Voici que le mois d’octobre est déjà terminé. Ce qui signifie la fin d’un mois d’entraînement. Les deux premières semaines ont été une reprise en douceur et puis nous avons repris avec tout le groupe pour les deux semaines suivantes.

La reprise se passe bien. Je me sens bien. Mon niveau d’endurance est plus haut que l’année dernière ce qui me réjouis beaucoup. Avec la météo que l’on a en plus c’est que du bonheur que de pouvoir avaler les kilomètres. Je ne pensais pas que je dirais un jour cela J Mais je dois avouer que je commence à vraiment aimer mes sorties « longues ». Oui je le mets entre guillemets car 8.5km n’est pas considéré par beaucoup de personnes, hors sprinters, par du long…

La préparation reste très semblable aux autres années. On ne change pas une formule qui gagne n’est-ce pas ? Il y a quelques exercices nouveaux en musculation car le coach fait preuve de folie parfois J

La reprise est toujours un moment important où je profite de mettre l’accent sur des points spécifiques. J’ai fait une analyse de course pour identifier mes débalances et je peux mettre mes forces sur une deux nouvelles choses. Mais il est difficile pour moi de planifier ma semaine car j’ai passablement plus d’engagement que l’année dernière. Le revers de la médaille d’une belle saison. Même si j’aime beaucoup cela, et que je prends des engagements qui me tiennent à cœur, la journée n’a que 24 heures et il faut réussir à caler tout ça. En laissant l’entraînement et la récupération prioritaire.

Vendredi prochain je participe aux super10kampf, une sorte de jeux inter villes en faveur de l’aide sportive suisse. Un peu moins connu en suisse romande mais ce jeu je l’ai regardé à la télévision chaque année. Et cette année je peux être dans l’arène. J’ai hâte.

La saison 2018 va rester dans l’ensemble assez semblable. Je fais confiance aux mêmes personnes. Mon coach, mon staff médical, ma coach mentale. Tous reste. Le groupe d’entraînement n’a vu partir personne et s’est étoffé de 2 athlètes. Kariem Hussein et Aauri Bokesa (ESP)

Mes partenaires seront aussi source de sécurité et me permettront de peaufiner ma préparation au mieux.  Il y a ceux de toujours comme Adidas, Sponser, Swiss Athletics, le fond du Sport Vaudois et l’aide sportive suisse. Il y a ceux qui me font confiance depuis quelques années maintenant comme Athletissima. Et il y a les nouveaux, depuis l’année dernière comme UBS, Weltklasse, UBS Kids Cup, Honda et le Garage de l’Autoroute, Pomme Jazz. Et ceux en devenir, qui sait ? ;)

 

 

06.10.2017 La saison 2017 c’est définitivement fini : RETROSPECTIVE

Lundi, j’ai attaqué la préparation de la saison 2018. Ce qui signifie que 2017 c’est derrière. Voici ma rétrospective et sentiment J

2017 avait pourtant pas très bien commencé. Enfin si, mais non en même temps. La saison en salle fût une vraie montagne russe. Des compétitions indoor magnifiques avec de nombreux records, la meilleure performance européenne sur 400 m. Tout était au vert à l’approche des championnats d’Europe en salle. La motivation boostée, la confiance de même. J’attaque les séries sans grosse pression, tout se passe bien. Le demies-finales pareil. Je gagne chacune des courses. Puis…le drame ! Tout le monde s’en souvient. En tête à 300m, je termine en marchant, les jambes court circuitées sans raison. Je rentre dépitée avec une 5ème place. Quand j’écris cela, je me dis que 5ème en Europe c’est quand même bien. Jamais je n’avais espéré un tel rang à l’entame de la saison. Mais voilà. On veut toujours plus J

Cette contre performance, je m’en suis nourrie. J’ai travaillé 2x plus, travaillé mon mental, construit une carapace autour de moi pour repousser toutes les perturbations. Et l’été fut magnifique J

Chaque course a été un enseignement jusqu’au championnats du monde. J’ai pu courir contre les meilleures filles du monde durant la saison et me rendre compte que je pouvais les battre. Athletissima a été le déclic. Finir 2ème, pouvoir me sentir libre m’a fait comprendre que moi aussi j’étais capable. Mes courses je les attaquaient pour gagner. Je me réjouissais de chaque confrontation. Que ce soit contre mes concurrentes suisses ou internationales.  En gros j’ai vraiment adoré chaque instant de ma saison 2017. Et la finalité de tout cela : ma première finale mondiale et ma première finale de diamond league ! Pour 2018, je signe pour la même…un peu mieux si possible J

J’étais contente de moi, et je le suis toujours. Je suis fière de mon parcours, de ma patience et de mon staff.

Et pour 2018, je veux gagner encore en maturité, en expérience et vivre des expériences folles.

Je vous tiendrai au jus et espère vous faire vibrer à nouveau.

 

10.07.2017: La saison est lancée.

Me voici maintenant dans la seconde partie de ma saison 2017. Voici un petit bilan :)

Je souris car j’aime pouvoir écrire quand les choses vont si bien. Je suis plus que satisfaite de mes débuts avec de nombreux records personnels.

Un de mes objectifs de la saison est d’avoir les records suisses du 400 et 400m haies à mon nom. Depuis le temps que j’entends parler de ces records, il est temps que je les améliores.  

Voici donc ma première mission. Je sais que le record sur 400m est plus accessible que celui avec obstacles. Mais c’est pourtant le second qui me tient le plus à cœur.

Le bilan à la mi parcours est une réussite de 50%. Seul le record sur 400m haies me résiste encore….pour 4 centièmes.

Je suis pourtant pas frustrée de ne pas y parvenir. Je sais qu’il tombera quand il sera temps.

Ma plus grande satisfaction reste ma course de Athletissima. J’avais la chance de pouvoir courir dans une course de malade. L’équivalent d’une finale mondiale. Le podium olympique, la double championne du monde etc… un plateau incroyable. Je voulais profiter de cette chance pour courir vite. Et j’ai réussi à la saisir. Je termine deuxième de la course. Je suis fière de cette performance car j’ai su gérer la pression, j’ai donné un signal fort à moi même et aux concurrentes.

Je remercie les organisateurs qui font tous pour que les athlètes suisses performent. Nous sommes chouchoutés comme nul par ailleurs dans le monde. Et ça c’est bon à prendre.

Qu’en est-il de la suite ?

Mes yeux sont rivés sur Londres et ses championnats du monde. Je veux briller. Je veux atteindre mon objectif ! Pour cela, je vais aller courir encore dimanche 16 juillet à Rabat en Diamond league sur la distance fétiche. J’espère aussi récolter assez de points qui me permettront de me qualifier pour la finale.

En plus de cela, je profiterai des pistes suisses pour m’aligner sur 200m ou 400m et défendrai mon titre suisse sur 200m. :)

 

15.05.2017: Calendrier des compétitions

20 mai                    Bâle                                           150m/300m haies

25 mai                    Langenthal                               300m 

27 mai                    Ooerdegem (BEL)                   400m haies

03 juin                   Zofingen                                    200m

08 juin                   DL Rome (ITA)                          400m

10 juin                   Genève                                      400m haies

23-25 juin            Vaasa (FIN)                                400m-4x400m

02 juillet               Chaux-de-Fonds                       400m

06 juillet               DL Lausanne                             400m haies

11 juillet               Lucerne                                      200m

16 juillet               DL Rabat (MAR)                      400m haies

18 juillet               Bellinzona                                 400m

22 juillet               CS Zürich                                  200m

7-8-10 août         Londres (GBR)                         400m haies

20 août                    Birmingham (GBR)              400m haies (tbc)

24 août                   DL Zürich                                400m haies (additional event)

01 septembre       DL Bruxelles (BEL)                400m haies (tbc)

 

15.05.2017: NOUVELLE SAISON, NOUVEAU RYTHME ET NOUVELLES AMBITIONS

 La saison 2017 en plein air est sur le point de s’ouvrir et le regard de Lea Sprunger est fixé vers l’avant. Ayant pris le temps d’analyser une saison en salle qui a été extraordinaire d’un point de vue chronométrique (meilleure performance mondiale à Macolin sur 400m et meilleure performance européenne sur 200m) mais qui s’est terminée avec un échec cuisant à Belgrade en finale des Championnats d’Europe. Avec son entourage, elle a établi un plan de marche afin de travailler sur ce qui n’a pas fonctionné à ce moment-là. La mise en place de différentes mesures devrait lui permettre de revenir encore plus forte. Les valeurs à l’entraînement sont bonnes, la motivation est là et l’envie aussi. Lea poursuit son travail avec une coach mental et a débuté un processus avec une hypno-thérapeute afin de mettre toutes les cartes de son côté.

Modification du rythme de course 

Cette année 2017 rimera avec changement de rythme. En effet, suite à une analyse de la saison 2016, son expérience et le fait qu’elle est chaque année un peu plus forte physiquement, Lea et son coach ont décidé qu’il était judicieux de courir sur une foulée de 14 pas sur la première partie de course. En effet, l’année passée Lea a dépensé beaucoup d’énergie sur les 200 premiers mètres en piétinant entre et devant les haies. Elle travaille donc depuis plusieurs mois à l’entraînement sur un départ en 21 pas (contre 22 auparavant) puis un rythme de 14 pas entre les haies jusqu’à mi-course avant de passer à 15 foulées. Pour ce faire, Lea a dû changer sa position dans les starting-blocs et elle franchit désormais 2 haies de plus de sa moins bonne jambe.

Les premières sensations à l’entraînement sont bonnes mais cela prend bien sûr du temps pour assimiler cet important changement. Mais Lea se sent bien dans ce nouveau schéma de course. Désormais, il lui faut des courses en compétition pour acquérir de la fluidité et de la confiance.

Plusieurs starts en Diamond League

La saison 2017 sera officiellement lancée le 20 mai avec la première compétition à Bâle sur des distances intermédiaires.

Une décision prise après la salle a été de s’aligner plus à l’étranger et contre une concurrence forte. Lea va donc aller chercher des courses difficiles contre des filles plus fortes qu’elle.

Son premier 400m haies est prévu le 27 mai à Ooerdegem en Belgique. Le 8 juin elle sera à Rome et s’alignera contre les spécialistes du 400m plat. En tant qu’ambassadrice d’Athletissima, Lea sera bien évidemment au départ du 400m haies le 6 juillet. Puis le 16 à Rabat. Un 400m haies additionnel sera au programme de Weltklasse Zürich. En suspens est encore sa participation à la Diamond League de Birmingham (20.08) et à une éventuelle finale à Bruxelles (01.09).

Les meilleurs meetings suisses et un record ?

A coté de ce programme, Lea sera également engagée sur les grands meetings en Suisse tels que Genève, Lucerne, La Chaux-de-Fonds et Bellinzone.

Certaines courses seront très rapprochées les unes des autres et lui permettront de simuler un enchainement d’intensité comme ce sera le cas lors des Championnats du Monde.

Après avoir établi le record national du 200m l’été dernier et avoir frôlé les records du 200 et du 400m en salle cet hiver, Lea aura un œil sur les records d’Anita Protti cet été. Ce serait magnifique qu’elle puisse de devenir la Suissesse la plus rapide de tous les temps sur le tour de piste, avec et/ou sans obstacles…

Cette planification devrait l’emmener dans les meilleures conditions aux Championnats du Monde de Londres cet été. Son objectif est de faire mieux qu’en 2015 où elle avait terminé 13ème. Courir durant toute la saison contre ses concurrentes devrait apporter à Lea l’expérience nécessaire lors de cet événement majeur.

En juin, se tiendra également le Championnat d’Europe par équipe ou la Suisse défendra sa place en First League. Cette compétition tient particulièrement à cœur à Lea  car c’est une occasion de courir une fois de plus pour les couleurs de la Suisse et en équipe. Mais ce sera aussi l’occasion d’aligner une équipe de 4x400m qui sera très compétitive. Lea a hâte de construire quelque chose avec ce projet.

Lea et son équipe se réjouissent de vous revoir et de recevoir vos encouragements tout au long de la saison!

 

06.03.2017: A cœur ouvert

On dit toujours que le sport est une leçon de vie. Et bien ce samedi 4 mars 2017 je peux le confirmer. Un leçon dont je n’étais pas préparée et qui m’a baffée en plein visage.

Le jour même, il est difficile d’analyser, de comprendre ce qui m’était arrivé. Je n’étais capable d’exprimer que les faits : Pas de podium européen. Pas de médaille. J’étais venue pour l’or, mais j’avais conscience de la difficulté et un autre métal m’aurait un peu consolée.

Ressortir de cette arène ovale fût difficile. J’ai quelques secondes pour reprendre mes esprits car je sais que les médias attendent en bas et aimerait que je leur donne une explication. A la vue de la première personne familière je fonds littéralement en larme. Je me perds dans mes émotions. Je sais qu’à quelques mètres les journalistes sont là. Ils avaient les mêmes attentes que moi et attendent, espèrent une explication. Ils sont choqués, peiné, presque muets devant ma désillusion.

Alors j’essaie de donner une explication. Leur transmettre mon ressenti pour que les lecteurs puissent aussi eux comprendre. C’est important pour moi de répondre à leurs questions, d’être disponible quand les résultats sont la mais aussi quand tout va mal. J’ai obtenu beaucoup de message me complimentant sur ma façon de répondre aux médias, ma franchise et le temps accordé. Mais cela fait partie du job. Dans les beaux comme dans les pires jours.

Voilà maintenant presque 36 heures que mon cauchemar est passé. Les larmes dans les yeux sont toujours présentes. Et le sentiment d’échec n’est que plus grand. Jour après jour. L’explication je ne l’ai toujours pas. J’essaie de comprendre, d’analyser, de revivre les sensations pour avancer. Et c’est ça le plus difficile. Ne pas savoir. Car des échecs j’en ai vécus. Pas besoin de remonter il y a bien longtemps. Même pas 6 mois en arrière à Rio. Mais Rio c’était différent. J’ai très vite su comprendre pourquoi tout était allé de travers. Mais aujourd’hui c’est différent. Je ne comprends pas. Et il n’y a rien de pire que de ne pas trouver d’explication. Car j’étais prête. Physiquement au top. Rapide comme jamais. Forte comme jamais. Mentalement mieux préparée. Pas stressée, ou juste ce qu’il faut. Mais quelque chose n’allait toujours pas. Mais quoi ?

Alors j’entends beaucoup de choses, beaucoup de conseils. Je filtre, j’écoute et prends ce qui me semble pertinent. Je cherche une réponse. J’attends d’être moins peinée pour analyser avec mon coach. Mon coach qui a fait tout juste. Qui m’amène année après année un échelon plus haut. Qui sculpte en moi une athlète de pointe. Une machine de guerre. Lui aussi est en peine. En grosse peine. Et c’est encore plus difficile à accepter. Je sais que notre duo fonctionne. Ma confiance en lui est intacte voir même renforcée. C’est simplement le meilleur. Le meilleur pour moi. Ma contre performance ne vient pas de son travail. C’est un élément qu’il ne peut pas contrôler qui a flanché. Mais lequel ?

Au moment d’écrire ces lignes, j’ai eu une discussion pertinente, qui m’a beaucoup apporté. Peut-être un début d’explication. Cette personne que j’admire et qui est une référence pour moi dans le monde du 400m m’a dit cela : « Tu as couru ton deuxième tour avec les yeux dans le dos au lieu de les avoir sur la ligne d’arrivée. » Et il a raison. Même si je ne sentais pas mes concurrentes, mon esprit était sur elles au lieu d’être en moi. Du coup mon système nerveux n’a plus suivit. Au jour d’aujourd’hui, c’est l’explication la plus plausible que j’ai à vous offrir. Mais surtout à m’offrir à moi.

Il est l’heure pour moi de faire ma valise et quitter Belgrade. Certes le cœur gros mais ma personnalité a été enrichie d’une expérience supplémentaire. Même si je suis fatiguée d’apprendre et d’être patiente, je continue le travail. Je repartirai à l’entraînement remontée à bloc, prête à faire encore plus. Prête à changer certaines choses, à améliorer des aspects de ma personnalité. A faire ce qu’il faudra pour atteindre mon rêve.

Je retiendrai de ces championnats la magnifique personnalité de Selina. Notre championne d’Europe. Une fille simple, humble et tellement talentueuse. Un exemple que je suis prête à suivre.  Cette fille fait championne d’Europe et elle arrive même à aller faire un décrassage avant de recevoir sa médaille. Et le lendemain, elle est déjà en jogging pour son footing matinal. Chaque détail compte et cela je l’ai compris.

 

26.01.2017: La saison en salle pour juger du travail effectué cet hiver

Après la récupération nécessaire à une saison 2016 extrêmement chargée, j’ai repris le chemin de l’entraînement au début octobre 2016. Un premier bloc de 6 semaines a servi à poser les fondements hivernaux en terme d’endurance et de force générale. A la mi-novembre, je me suis envolée pour un premier stage de 4 semaines en Afrique du Sud afin de commencer un travail plus spécifique dans de bonnes conditions météorologiques. De retour pour Noël et les fêtes, j’ai pu mesurer une première fois lors d’un bref séjour à Macolin les progrès réalisés durant cette préparation. Que ce soit en force, en vitesse, en endurance ou en résistance, tous les paramètres étaient meilleurs que la saison passée.

C’est donc en pleine confiance que je suis repartie début janvier en Afrique du Sud pour la phase finale avant les compétitions en salle. Ce mois de janvier a été l’occasion pour moi de renouer le contact avec les haies. Nous avons travaillé sur un nouveau rythme de 14 foulées entre les obstacles et également fait des départs avec un pas de moins jusqu’à la première haie. Déjà quelques bonnes choses qui demandent à être stabilisées ce printemps. Je termine ce deuxième séjour en Afrique en bonne santé et je me réjouis de débuter ma saison en salle ce dimanche afin de valider les progrès de la préparation.

 Vers une première finale en salle ?

Cette saison en salle va me mener aux Championnats d’Europe à Belgrade (3-5 mars 2017). J’y disputerai le 400m. Les 52.36 réalisés l’hiver dernier me donne certaines ambitions pour ce grand championnat. Je pense être capable d’entrer pour la première fois en finale d’un grand championnat indoor. Je sais que le plus grand challenge sera de pouvoir appliquée ma tactique de course et de franchir étapes après étapes les différents tours. Mais là aussi, le doublé 200-400m réalisé l’hiver passé aux championnats suisses m’a appris à enchaîner les courses, à gérer mes efforts et à récupérer rapidement mentalement et physiquement.

Ma planification définitive sera décidée au coup par coup en fonction des observations réalisées lors des compétitions et afin d’arriver en pleine possession de mes moyens à Belgrade.

Voici néanmoins mon programme provisoire :

29.01                      Macolin                400m

04-05.02               Macolin                 200m-400m

11.02                      Vienne (AUT)      400m

18-19.02               Macolin                 200-400m

24.02                      Madrid (ESP)      400m

03-04.03               Belgrade (SRB)    400m

Du nouveau du côté sponsoring

Arrivée au terme d’un cycle olympique, l’automne et l’hiver ont également été l’occasion de renouveler ou de signer les contrats avec des partenaires qui rendent possible ma carrière d’athlète semi-professionnelle. J’ai eu le plaisir de pouvoir prolonger mon contrat avec mon équipementier ADIDAS qui me soutient déjà depuis 6 ans. Depuis cette saison, je roule désormais en HONDA à travers le soutien du Garage Bottone. Je remercie tous mes sponsors et partenaires pour leur fidèle soutien ainsi bien sûr que les institutions comme l’Aide Sportive Suisse, le Fonds du Sport Vaudois et Swiss Athletics. Athletissima Lausanne a également annoncé vouloir poursuivre leur collaboration et je me réjouis de courir à la Pontaise le 5 juillet 2017 !

J’espère que cette saison 2017 va nous apporter beaucoup de succès, j’y travaille durement !

Au plaisir de vous revoir et de recevoir vos encouragements !

 

04.01.2017: Que me réserve 2017 ?

2016 c’est fini. Et j’en garde un magnifique souvenir. Alors oui il y a eu la terrible désillusion de Rio mais celle-ci sera avec le temps une force. Et si je regarde dans le retro de cette année achevée, je suis fière. Fière du chemin parcouru, fière de mes résultats, fière de mon équipe et mon entourage.  Mais je n’oublie pas d’où je viens, ce qu’il a fallu pour en arriver là. Je sais qu’on est très vite en bas denouveau et qu’il ne faut rien lâcher.

J’ai pris les souvenirs et les sensations avec moi en 2017 et me voilà d’attaque. Je suis à nouveau prête pour un décollage en Afrique du Sud dans quelques jours pour préparer la prochaine échéance de mars. Car le prochain arrêt dans mon aventure est planifié pour le 3-4 mars avec les championnats d’Europe indoor sur 400m. Cette distance je la connais, mais ce que je ne connais pas, c’est les combats en salle. Sortir les coudes, partir plus vite que ce que l’on peut, se rabattre devant les concurrentes. Tout est à apprendre car les derniers souvenirs ne sont pas bons. Mais j’aime les challenges et je me dis que 22’’38 sur 200m peu de mes concurrentes sur 400m l’ont réussi.

Que me réserve 2017 ? L’année sera plus tranquille avec seulement une compétition majeure en été. Est-ce que je vais réussir à ne pas tomber dans un trou d’après année olympique ? Est-ce que je vais réussir à montrer des courses en 14 foulées ? Est-ce que cela sera bénéfique ? Des interrogations j’en ai pleins. De la confiance un peu…juste ce qu’il faut…ou peut-être juste pas assez. Des ambitions j’en ai beaucoup, la motivation aussi ! ET les réponses on les obtiendra que dans quelques mois J

D’ici là, continuez à croire en moi, à me suivre car cela me donne la force. Et moi je vous transmettrais mon plaisir de courir sur la piste.

Je vous souhaite une belle année 2017 ! Tous mes voeux

 

01.12.2016: A la trois quart du stage

Me voici depuis presque 3 semaines dans mon paradis athlétique, l’Afrique du Sud. La préparation pour 2017 est bien lancée. Le minimas pour les championnats du Monde de Londres en août viennent de sortir : je dois courir 56’’10 pour être de la partie.

C’est un temps que j’ai presque couru à chaque sortie l’année dernière donc il ne devrait pas me faire peur. Mais j’ai toujours beaucoup de respect pour ces minimas car ils sont fixés en fonction des meilleures athlètes du monde donc cela reste difficile.

La course au minimas et mieux encore a déjà commencé depuis quelques semaines. Trouver le rythme après une année 2016 riche en émotions n’a pas été facile mais avec le temps, les choses reviennent gentiment dans l’ordre. Avec mon entraîneur, nous sommes partis sur un « copier-coller ». Les entraînements sont construits sur la même base que l’année dernière. Même nombre de km, même temps exigés etc… Et c’est là que cela devient intéressant car je peux voir la progression ou pas. Tout me semble plus simple, j’ai même parfois l’impression de m’ennuyer. Mais mon coach m’explique que c’est un bon signe car cela veut dire que « j’encaisse » mieux et que me base devient plus forte encore. Il faudra maintenant que je puisse faire la différence lors des vrais entraînements lactiques. D’ici quelques jours…

Il me reste encore 9 jours à Potchefstroom (RSA) avant mon retour à la maison pour les fêtes de fin d’année. Ce seront les plus difficiles pour la tête car une grande partie du groupe d’entraînement rentre dans 3 jours. Je serais bien rentrée avec eux aussi mais ce n’est pas le plan. En plus de travailler le physique, je travaillerai aussi le mental. Mais du coup, le retour sera d’autant plus apprécié. Retrouver mon appartement chaleureux avec décoré pour Noël, retrouver mes habitudes et ma routine. Des petites choses qui font mon bonheur.

Il est temps de me préparer pour mon entraînement : 3x(500-300-200)

Je vous souhaite à tous un magnifique premier jour de décembre, et vous envoie un peu de chaleur africaine

 

05.11.2016: Pilates et moi

Je vous avais parlé de ma nouvelle activité : le Pilate. Je vais vous en dire un peu plus.

Chaque année, j’essaie d’introduire une nouveauté dans mon programme hebdomadaire. Cette saison, j’avais envie d’y mettre le Pilate. C’était un projet que j’avais depuis un petit bout de temps mais je n’avais jamais eu l’occasion de  le placer dans ma semaine. Je ne trouvais pas la flexibilité dont j’avais besoin.

Mais depuis peu, j’ai trouvé mon bonheur. En dessous de chez moi se trouve un sublime studio. En discutant avec Shannon, la boss, j’ai trouvé ce que je cherchais. Et j’adore aller à mon cours.

Les leçons de Pilate sont d’une durée de 50 minutes pour un maximum de 8 personnes. Parfois nous sommes un peu moins, cela dépend de l’horaire choisi.  On commence par un petit warm-up comme aime le dire Shannon, qui a passé de la casquette boss à celle de monitrice. Quelques exercices d’abdos suivi par quelques mouvements de stretching. Ensuite c’est parti. Je suis dans le groupe wasabi, c’est à dire les « avancés » donc ça va vite et intensément :)

La particularité chez Pilates et moi, c’est que nous travaillons sur une machine, le reformer. On peut ainsi intensifier les exercices grâce à différents ressorts.

Sur les 50 minutes de cours, nous renforçons toutes les parties du corps. Bras, jambes, mollets, adducteurs et bien entendu le tronc. C’est surtout pour renforcer le tronc que j’ai entrepris cette démarche. Car oui j’ai des plaques de chocolat mais en dessous je suis faible. Après une séance, j’ai les abdos qui brulent et je sens que j’ai bien travaillé.

Durant le cours, Shannon met un peu de musique en fond mais la vraie mélodie est donnée par elle. Avec son charmant accent australien mélangé avec un petit accent vaudois, elle nous donne le rythme des exercices. Elle chante et nous transmet sa passion pour le Pilate. Un pur bonheur !

C’est sans hésiter que je recommande le Pilate et précisément le studio « Pilates et moi ».

Après seulement 2 séances, j’ai ressenti les effets sur mon entraînement quotidien. Je me sens plus forte dans le placement de mon corps. Plus haute sur mes appuis. Je suis donc ravie car je ne pensais pas voir les effets si tôt.

Chaque semaine je me réjouis déjà d’être à la suivante même si je souffre :)

N'hésitez pas à aller faire un tour sur le site internet : http://www.pilates-et-moi.ch/ 

 

16.10.2016 : C’est la reprise

Bonjour à tous.

Voilà, la reprise a sonné depuis maintenant 2 semaines. Un petit travail de base tout en douceur pour relancer la machine. Et dès demain, les choses sérieuses commencent.

La pause estivale a fait du bien. J’ai essayé d’en profiter du mieux que j’ai pu même si elle a été très agitée. La première moitié est toujours consacrée à mon monde professionnel que j’entretiens à 30% tout au long de l’année.

Organisatrice de la Romande Energie Run, les journées avant la manifestation sont toujours très actifs. Petite satisfaction avec pour la première fois la barre des 2000 coureurs franchie.

Ce qui me passionne dans l’évènementiel, c’est la diversité des tâches. Il faut organiser la communication, assurer la sécurité des coureurs et mettre en place une fermeture de la route complète. Penser aux ravitaillements, aux inscriptions, au chronométrage, aux toilettes sur le parcours, le transport des bagages, inciter les coureurs à venir en train, trouver des prix pour les vainqueurs, etc…

Et ce qui est magnifique, c’est quand le jour J tout se met en place simplement sans couac. Bon j’avoue qu’il y a toujours des couacs mais le coureur ne doit pas les voir et doit ressortir de la manifestation avec le sourire aux lèvres, et fatigué J

Tout ceci est fatiguant mais passionnant et chaque année je me dis que l’année prochaine sera encore meilleure.

J’ai tout de même réussi à prendre une semaine de vacances. Loin de tout et surtout de mon téléphone. Car ce petit engin est mon outil de travail et il est donc difficile de déconnecter. Alors quand on peut le mettre quelques jours sur off c’est un vrai bonheur.

Comme je l’ai dit, la reprise a sonné. Elle a un son un peu différent cette année car beaucoup de filles de mon groupe ont annoncé leur retraite. Clélia Rard-Reuse, Marisa Lavanchy et Joëlle Golay. Toutes des filles de ma génération, des filles avec qui j’ai tout fait, toujours. Clélia avec qui j’ai partagé toutes les nuits en camps d’entraînements ou en compétitions internationales. Elles ne sont plus là. Je me retrouve la « vieille » avec la génération future. Elles vont me booster et m’apporter quelques choses de nouveau et un vent de fraicheur J Je vais apprendre des mots que je ne connais pas, je vais être sur leur snapchat mais surtout je vais beaucoup rire et passer du bon temps. J’en suis certaine.

Reprise sonne généralement avec résolution. (j’en prendrai aussi le 31 décembre promis) J’ai entrepris une démarche pour commencer le pilate car je pense que pour ma discipline, cela peut aider. J’ai trouvé un petit studio en bas de chez moi qui s’appelle « Pilates et moi » et j’adore. Je l’adore tellement que j’en ferai une news spéciale dans quelques semaines. J J’ai aussi commencé avec un coach mental. J’en ressentais le besoin après mon échec de Rio. On verra ce que cela peut m’apporter. Par contre à ce propos, vous n’aurez pas de news car c’est trop personnel J

Et ma dernière résolution est de vous écrire plus. Raconter ma vie de sportive plus souvent pour que vous puissiez vivre avec moi ma passion.

Donc à bientôt…

Lea

 

Journal de bord: #thelifeinRio #9

Me voici à nouveau en train de vous écrire. Les derniers jours ont été difficiles. Comme vous le savez surement, mon rêve olympique s’est transformé en cauchemar. Depuis cette grosse contre performance, j’essaie de trouver des explications sur pourquoi mon creux est arrivé ce jour ci ? Pourquoi fallait-il qu’il tombe maintenant ? Qu’est-ce que j’ai fait de faux ? Pourquoi est-ce que je n’ai pas sur maitriser ce couloir 1 ? Je réfléchis beaucoup mais ne trouve pas de réponse. Il est difficile d’accepter que la forme ait disparue en 1 semaine. Je n’y crois pas. Mais l’accumulation de petites choses m’ont surement déstabilisée et je n’ai pas réussi à me ressaisir pour le jour J. 

Est-ce que je suis arrivée trop tôt à Rio ? Est-ce que la grandeur du village m’a fatiguée ? Est-ce que la nourriture a eu un impacte aussi ? Est-ce que ma saison a été trop chargée avant